Qualité de l’air au bureau : 5 astuces pour R.E.S.P.I.R.E.R.

0

Pointée du doigt dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, la qualité de l’air intérieur est devenue un objectif sanitaire et environnemental majeur. Si les conséquences directes d’un air ambiant pollué sur la santé sont encore méconnues, le sujet n’en est pas moins une préoccupation sérieuse. En effet, l’homme sédentaire passe en moyenne 80 % de sa journée à l’intérieur ! Au bureau, de nombreuses solutions existent pour améliorer la qualité de l’air, donc le confort des salariés.

Pollution chimique et produits d’entretien : quand l’aération s’impose

Aérosols, détergents, désinfectants… Les produits d’entretien sont essentiels pour éliminer les bactéries, poussières et pollens. Leur utilisation régulière dans des surfaces aussi importantes n’est cependant pas anodine.

Les substances qu’ils contiennent sont en effet considérées comme des polluants chimiques. Pour éviter de laisser stagner dans les bureaux ces vilaines particules en suspension, l’application de produits d’entretien doit systématiquement être accompagnée d’une grande aération (au moins 10 minutes).

Conclusion ? Entre avoir froid dix minutes et respirer des substances chimiques, le choix du pull en laine est vite fait !

Air trop sec : conséquences et solution

L’équilibre entre humidité et température dans un bureau a une réelle influence sur la qualité de l’air.

L’air « parfait » n’est ni trop chaud, ni trop froid, ni trop humide, ni trop sec !

En hiver, on reproche pourtant à l’air ambiant d’être trop sec au bureau, influencé par des systèmes de chauffage non adaptés et des machines de travail en pleine surchauffe. Peau et muqueuses desséchées, taux de poussières et agents pathogènes en suspension plus important, sécheresse oculaire… Cet air trop sec a une répercussion directe sur le confort des salariés.

L’installation d’humidificateurs d’air dans les bureaux est une bonne option en hiver. Certains systèmes de climatisation sont également spécifiquement conçus pour réguler le taux d’humidité des différentes pièces concernées.

Ces variétés de plantes « magiques » qui purifient l’air

La nature est bien faite ! Les plantes adorent dévorer certaines substances polluantes, et en particulier le benzène, xylène, toluène, monoxyde de carbone et formaldéhyde. Esthétiques et zen, les aloés, aglaonema, chlorophytum, ficus, kentia, croton ou encore dracaena se plaisent dans les coins lumineux de nos bureaux et partent à la chasse aux particules polluantes.

L’importance d’un système de ventilation optimal… et propre !

En entreprise, les systèmes de ventilation installés répondent à des normes strictes. Ce sont eux qui garantissent l’aération optimale et permanente des bureaux. Ils doivent donc être vérifiés et nettoyés régulièrement. L’accumulation de poussière freine souvent leur efficacité.

La pause médiane est aussi l’occasion de se mettre au vert ! S’aérer le corps et l’esprit à l’extérieur entre midi et deux est une opportunité qui ne se refuse pas. Une bonne dose de chlorophylle est idéale pour purifier ses poumons.

Partager.

Commentaires fermés.

072c6446595ee4d60c1457cace6ee449%%%%%%%%%%